Version imprimable

Current Size: 100%

Au Teich, comme un oiseau sur le sentier du littoral

  • Parcours
  • Étapes
  • Dénivelé
  • Avis
  • Téléchargement
8 km
3h facile
Ville de départ : Le Teich Coordonées GPS : 44° 38' N -1° 1' W Dénivelé : 0 m
Parcourez le Delta de la Leyre en empruntant le sentier du littoral qui borde la Réserve Ornithologique et découvrez des paysages qui changent au fil des marées et des saisons. De nombreuses espèces d'oiseaux viennent s'abriter, nicher ou se nourrir dans cet espace protégé. Partez à leur rencontre, observez les et laissez vous séduire par leur nature.
  • 1
    La Réserve Ornithologique
    La Réserve Ornithologique a été fondée en 1970 par la commune du Teich en partenariat avec le Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne. Réalisé sur d’anciens réservoirs à poissons, l’objectif de cet aménagement était de créer un espace naturel pouvant accueillir les oiseaux sauvages et favoriser leur observation par le grand public. La réserve ouvrit ses portes au public en 1972. Aujourd’hui, c’est un espace de 110 hectares composé de boisements, roselières, prairies, marais maritimes et lagunes où un grand nombre d’espèces d’oiseaux trouve refuge de façon permanente ou temporaire. Les oiseaux présents dans la réserve ne sont pas en captivité et ne sont pas nourris artificiellement. Depuis son ouverture, 319 espèces ont été identifiées dont 88 nichent ou ont niché sur place. Ce site est reconnu à l’échelle internationale pour la conservation de certaines espèces rares.

    Photos

    • Reserve-ornithologique-2.jpg
  • 2
    Delta de la Leyre et Convention RAMSAR
    Le Delta de la Leyre est concerné par la Convention RAMSAR, traité intergouvernemental adopté le 2 février 1971 dans la ville iranienne de Ramsar, d’où son nom. Elle reconnait les zones humides comme étant le berceau de la diversité biologique qui fournit l’eau et la productivité dont des espèces innombrables de plantes et d’animaux dépendent pour leur survie. Les objectifs généraux de la Convention consistent, en conséquence, à garantir leur conservation et leur utilisation rationnelle. La France compte 42 sites.

    Photos

    • Delta-RAMSAR.jpg
  • 3
    Le grand cormoran
    Souvent, de l’endroit où vous vous situés, on peut observer le Grand Cormoran qui se dresse sur les piquets mis à leur disposition dans la Réserve. Il a un plumage noir avec des reflets bleu et vert-bronze. Son bec est jaune et noir et légèrement crochu. Ses pattes sont noires et palmées. Le régime alimentaire du Grand Cormoran est essentiellement constitué de poissons. Pour capturer sa proie, il plonge et est capable de rester plus d’une minute sous l’eau avant de remonter le poisson à la surface pour l’étourdir en le secouant violemment avant d’en faire son festin. Considérés pendant longtemps comme un concurrent des pêcheurs, il a été persécuté par les humains. Aujourd’hui, grâce aux effets de conservation, leur nombre augmente.

    Photos

    • P.Bouffey--22--2.JPG
  • 4
    Les perles du Bassin à vol d'oiseau

    Photos

    • A-vol-d-oiseaux.jpg
  • 5
    La foulque macroule
    Au cours de votre balade, vous pouvez apercevoir la foulque macroule. De forme arrondie, son plumage est entièrement noir rehaussé par un bec et un écusson frontal blanc pur. Elle a un corps de canard avec un bec pointu, des yeux ronds et rouges et des pattes verdâtres. Elle nage lentement en hochant la tête et plonge régulièrement pour rechercher sa nourriture. Son régime alimentaire est essentiellement végétarien.

    Photos

    • IMG-5353-2.jpg
  • 6
    L'aigrette garzette
    L’Aigrette Garzette possède un corps élancé et élégant au plumage blanc. Elle se reconnaît à son bec et ses pattes de couleur noire et à ses doigts de pieds jaunes. Elle niche en colonie dans les arbres où elle se construit un nid fait de roseaux et de brindilles. Elle se nourrit principalement d’amphibiens, de mollusques, de crustacés ou de poissons. Sa technique de pêche est de marcher lentement ou de rester immobile dans l’eau peu profonde et d’attendre qu’une proie passe près d’elle pour la harponner de son bec effilé. Longtemps chassée pour ses plumes qui agrémentaient les chapeaux des belles dames, il s’en est fallu de peu pour qu’elle disparaisse d’Europe. Aujourd’hui, l’aigrette est assez commune et ses effectifs sont en constante augmentation.

    Photos

    • IMG-4956-2.jpg

0 mètres de dénivelé

Total distance: 8 kilometers
  • Dénivelé de départ : 0m
  • Altitude d'arrivée : 0m
  • Altitude max. : 0m
  • Altitude min. : 0m