Version imprimable

Current Size: 100%

A Vert, une forêt d'art qui ne manque pas d'air!

  • Parcours
  • Étapes
  • Dénivelé
  • Avis
  • Téléchargement
25 km
3h facile
Ville de départ : Vert Coordonées GPS : 44° 5' N -0° 34' W Dénivelé : 0 m
Si vous êtes prêt à vivre des moments de déconnexion, à rentrer dans une autre dimension, bienvenus sur l’itinéraire la Forêt d’Art Contemporain !
Sur ce parcours, une sélection d’œuvres à couper le souffle, déroutantes, intrigantes, imaginées par des artistes sur des lieux peu ordinaires et qui font écho à l’histoire des Landes de Gascogne. Une rencontre entre des artistes, Younès Rahmoun, Christophe Doucet, Alain Domagala... et un territoire.

Départ de l'église de Vert.
  • 1
    Eglise Saint-Vincent de Vert
    C’est une église du Moyen-Age sur le chemin de Saint-Jacques, pour la visiter, demandez la clé à la mairie en face. Découvrez le retable en bois doré et ses peintures murales. Le plus inattendu est cette peinture du jugement dernier où le Christ apparaît de couleur noire

    Photos

    • CDT-40-tfinal-Vert-Christ-Peintures-.jpg
  • 2
    Le lavoir sur le Bernin
    Comme dans beaucoup de communes le lavoir était le lieu de rendez-vous des femmes du village, les langues se déliaient, et parfois rien ni personne n’était épargné. Les chants accompagnaient aussi les femmes au labeur.

    Photos

    • Lavoir-de-Vert-FAC.jpg
  • 3
    La fontaine Saint-Clair
    Mauvaise vue, mal aux yeux ? La fontaine Saint-clair est la fontaine qu’il vous faut ! Trempez un mouchoir et tamponnez-vous les yeux. Il est dit que cette fontaine coulait autrefois sur la commune voisine de Labrit. Il se dit aussi qu’un jour, un vaurien lui fit un geste des plus grossiers. Alors ses eaux se soulevèrent en colonne dans un bruit fracassant et la fontaine s’en alla à travers la campagne. Alerté par ce tintamarre le curé de Vert pria Saint-Clair pour que la fontaine arrête sa fuite. Depuis, elle est là sur la rive droite du Bernin.

    Photos

    • CDT-40-tfinal-Fontaine-Saint-Clair-Vert.jpg
  • 4
    La ghorfa
    Cette cabane en bois inspirée de l'architecture d'un poulailler perché des Landes a été imaginée par l'artiste marocain Younès Rhamoun. La "ghorfa" signifie chambre en marocain. Elle rappelle la chambre où il dormait dans la maison de ses parents. Il a construit d'autres "ghorha" à travers le monde à partir de matériaux trouvés sur place : Afrique, Pays Bas, Maroc, Singapour....

    Photos

    • CDT-40-tfinal-La-ghorfa-Vert-2013.jpg
  • 5
    La fontaine Saint Jean Baptiste
    En bas de l’étang de retenue des anciennes forges de Brocas, la fontaine soignait toutes sortes de maux.

    Photos

    • Brocas---Fontaine-saint-Jean-Baptiste-web--3-.jpg
  • 6
    La cabane du Garbachet à Brocas
    Au Moyen-Âge, une sauveté était une zone de refuge délimitée par plusieurs bornes souvent située sur une hauteur afin d’être repérée de loin. À l'intérieur de ce périmètre, les fugitifs y trouvaient refuge et paix. Peu ont résisté au temps. Dans la cadre de l’itinéraire de la Forêt d’Art Contemporain, l’artiste Christophe Doucet a choisi d’installer 4 sauvetés autour de la cabane de Garbachet (cabane du vacher en gascon). Un lieu magique et reposant qui invite à la contemplation. Suivez la balise orange de la Forêt d’Art Contemporain.

    Photos

    • CDT-40-tfinal-Cabane-du-Garbachet-Brocas-.jpg
  • 7
    Sculpture « Aux impétueuses manœuvres de l’imprévu ».
    Là, en plein cœur de la forêt un objet tout droit sorti du monde des géants. Qu’est-ce donc ? « Aux impétueuses manœuvres de l’imprévu », c’est ainsi qu’Alain Domagala, sculpteur, a choisi de nommer son œuvre. « Une table en bois surdimensionnée est couchée sur le flanc. Sa position et ses dimensions monumentales confèrent à cet objet des qualités et des usages bien différents. Dressée, elle devient rempart. J’aime l’idée qu’on puisse aborder cette sculpture en étant confronté à cette face qui ressemble à une grande palissade. » Alain Domagala.

    Photos

    • Garein-A-Domagala-Fac.jpg
  • 8
    Les peintures murales de l’église
    Si l’église Notre–Dame est ouverte, n’hésitez pas à pousser la porte sur laquelle sont sculptés Saint Antoine et Saint Jacques. Cette église romane, datant de 1274, et ses éléments de fortification rappellent le côté protecteur des églises. A l’intérieur, de belles peintures murales, les plus anciennes des églises des Landes représentent le couronnement de la Vierge. De part et d’autre des anges tiennent dans leurs mains le soleil et la lune qui représentent le nouveau et l'ancien testament.

    Photos

    • Garein---Eglise---int--Peintures-murales-choeur-web.jpg
  • 9
    Le zoo de sculptures
    Une œuvre de la forêt d'art Contemporain. Laurent Le Deunff, artiste dispose de ce lieu pour stocker, rassembler, mettre en situation certaines de ses œuvres. Les œuvres ne sont pas là pour rester. Elles sont de passage, en attente d’autres destinations. Ce renouvellement permet d’entretenir l’indétermination, la surprise et donc la curiosité. C’est un lieu qui accueille et protège, enferme et désigne. C’est une cage. Le spectateur est à l’extérieur et regarde à travers les barreaux, comme au zoo.

    Photos

    • CDT-40-tfinal-FAC-la-cage-aux-fauves.jpg
  • 10
    Le lavoir traditionnel sur le Geloux
    Le lavoir de Garein date de 1869. Fréquenté par les femmes qui y faisaient la lessive familiale, il a gardé sa place dans la vie du bourg. Que d’histoires en ce lieu ! Les œuvres sculptées du lavoir sont le souvenir d’un échange entre des mains africaines (Burkina Faso) et landaises.

    Photos

    • CDT-40-tfinal-Lavoir-de-Garein.jpg
  • 11
    Le Lit Transcendental
    Un impressionnant enchevêtrement de poutres de pins toutes imbriquées les unes dans les autres. Vous êtes invité à entrer dans son cœur pour vous poser et pour y laisser aller votre imagination. C’est une œuvre de la plasticienne Claire Roudenko-Bertin réalisée au centre Georges Pompidou en 1995. Elle pense ses œuvres en fonction des éléments qui l’entourent, il lui fallait donc trouver un lieu dans la forêt landaise et sur un sol sableux pour que cette pièce reprenne vie et c’est naturellement que la commune de Garein l’a accueillie.

    Photos

    • CDT-40-tfinal-Lit-transcendental-Garein.jpg
  • 12
    L’airial du Piat
    Piat" signifie, en gascon, un espace planté de pins. Nul ne doute que le seigneur de Garein Jean-Pierre de Mesme, propriétaire des lieux, possédait quelques parcelles. La maison de maître a été construite par le maître charpentier Pierre Pabon le 1 juin 1821. C’est un bel exemple de maison traditionnelle. Toujours orientée à l’est, la maison landaise dispose d’un toit à 3 ou 4 pentes. Le côté ouest reste très bas pour parer aux intempéries. Les choix des matériaux : bois pour l’ossature et torchis (argile, paille et sable) pour les murs qui seront enduits de chaux.

    Photos

    • CDT-40-tfinal-Maison-du-Piat-Garein.jpg

0 mètres de dénivelé

Total distance: 25 kilometers
  • Dénivelé de départ : 0m
  • Altitude d'arrivée : 0m
  • Altitude max. : 0m
  • Altitude min. : 0m

Donnezvotre avis

1
2
3
4
5