Version imprimable

Current Size: 100%

En balade à Bazas

  • Parcours
  • Étapes
  • Dénivelé
  • Avis
  • Téléchargement
1 km
1h30 tresfacile
Ville de départ : Bazas Coordonées GPS : 44° 25' N -0° 12' W Dénivelé : 0 m
Passionné d'histoire ou simple amateur de belles pierres, Bazas vous invite à sa découverte à l'aide du circuit proposé. Jardins, hôtels particuliers, remparts, fontaines et autres monuments vous raconteront l'histoire de la cité. Laissez vos pas vous guider vers la cathédrale et explorez ses nombreux trésors.
  • 1
    Halle de l'ancienne mairie
    Dans sa forme actuelle, la halle a été construite en 1890 sur l’emplacement du premier marché qui datait de 1485. L’architecte Jean-Jacques Valleton a su répartir de façon élégante la pierre et la brique permettant de traiter l’éclairage naturel par des claustras en partie haute des maçonneries. Un arc d’inspiration arabe focalise le regard vers la très belle façade de l’ancien hôtel de ville. Côté ouest, on peut y voir plusieurs sarcophages mérovingiens. Côté est, on peut admirer la belle statue de marbre « Belles vendanges » du sculpteur Lucien Pallez offerte à la ville de Bazas en 1911.

    Photos

    • Halle-de-la-mairie-de-Bazas.jpg
  • 2
    Ancien hôtel de ville et musée municipal
    L’édifice de l’ancien hôtel de ville fut bâti en 1488 et reconstruit en 1733. Le fronton triangulaire est frappé des armoiries de la ville. Au rez-de-chaussée, le musée municipal occupe les 4 salles de l’ancienne prison. On peut y voir des vestiges préhistoriques et gallo-romains, ceux d’un trésor du Moyen-Âge, une maquette de la ville réalisée d’après un dessin de voyageur hollandais de 1650, des objets d’Art sacré, le tableau original de « Saint-Louis faisant l’aumône » de J. Stella, des productions de l’école de Zurbaran et un cachot (périodes d'ouverture à l'office de tourisme).

    Photos

    • Bazas---Musee-municipal--12-.jpg
  • 3
    Place à arcades
    Elle est en elle-même un monument. La partie ouest, trapèze affaissé de 4 600 m², liée au faubourg marchand du mercadilh remonte à la fin du XIIème siècle. La partie est de 2 800 m², liée à la Cathédrale, est d’aménagement récent (XIXème siècle). La place a toujours gardé son rôle de carrefour et de marché. Les « couverts », ou arcades périphériques, ont été construits à partir du XVIème siècle. Ils sont accordés aux types de maisons qu’ils soutiennent. Ses espaces fleuris sont agrémentés principalement de plantations en pleine terre facilitant l’épanouissement naturel du rosier et du jasmin.

    Photos

    • Place-de-la-cathedrale---Bazas---ph.-Elodie-F--3-.JPG
  • 4
    Le Présidial
    Cette première cour de justice royale a été édifiée à Bazas en 1553. En 1729, l’intendant Boucher demanda la construction d’un nouvel édifice « plus convenable pour la commodité du public, celle des officiers et pour la décoration de la ville ». Avec son appareil de pierre de taille et sa parfaite symétrie, la façade donnant sur la place est l’illustration du style architectural du XVIIIème siècle.

    Photos

    • Presidial--ph.-Elodie-F---2-.JPG
  • 5
    Hôtel Bourriot
    Cet hôtel fut construit vers 1760 par Pierre Bourriot subdélégué de l’intendant de Guyenne, le marquis de Tourny. Il introduisit la pomme de terre en Bazadais. L’élégante façade de l’immeuble est rythmée horizontalement par une corniche et verticalement par des pilastres. Ces ouvertures s’ornent de remarquables garde-corps en fer forgé du XVIIIème siècle.

    Photos

    • Bazas---hotel-Bourriot.JPG
  • 6
    Maison de l'Astronome
    Construite vers 1530 pour les membres de la famille Fautoux, magistrats au Présidial, elle doit sa première appellation à sa curieuse décoration gothique constituée de la lune, du soleil et d’un personnage oriental coiffé d’un bonnet pointu. Son pignon à redent ou à pas de moineau qui rappelle les Flandres lui vaut aussi la dénomination de « maison hollandaise ».

    Photos

    • Bazas---Maison-de-l-astronome-2.JPG
  • 7
    Cathédrale Saint Jean-Baptiste
    Classée monument historique en 1840 et inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1998 au titre des Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France, ce majestueux édifice gothique est le plus important de la cité. La cathédrale actuelle a été édifiée du XIIIème au XIVème siècle à partir d’une construction romane dont les traces sont encore visibles dans la base du clocher.

    Photos

    • Bazas---Cathedrale2--ph.-Elodie-F-.jpg
  • 8
    Jardin du Chapitre
    Le long du collatéral sud de la Cathédrale, l’entrée du jardin est marquée par les vestiges d’une tour de l’ancien palais épiscopal et par les fouilles archéologiques, du 1er âge de fer au XVème siècle, abritées sous un couvert de facture ancienne. Il offre une vue panoramique sur la structure gothique de la cathédrale, les remparts sud de la ville, le vallon du Beuve et la promenade de la Brèche.

    Photos

    • Bazas---Jardin-du-Chapitre.jpg
  • 9
    Poterne de la Brèche
    La poterne de la Brèche est un rare vestige des remparts et un bel exemple de l’architecture militaire médiévale. À l’intérieur, trois arcs abritent l’escalier creusé à même le rocher. Il permettait d’accéder au chemin de ronde de la courtine puis à la place. La ceinture médiévale de la ville atteignait au XIVème siècle une longueur totale de 1 500 mètres. Il n’en reste que deux portes, Gisquet et Brèche, et deux tours sur le tracé sud. Les remparts ont été détruits fin XVIIIème et début XIXème siècle.

    Photos

    • Bazas---poterne.jpg
  • 10
    Jardin du Sultan
    Les anciens jardins de l’Hôtel Mauvezin (XVIIIème et XIXème siècles) sont adossés au rempart sud et limités à l’ouest par une des dernières tours de défense de la cité. Transformés en roseraie en 1990, une fontaine à tête de lion agrémente cet espace floral.

    Photos

    • Bazas---Jardin-du-Sultan--6-.jpg
  • 11
    Promenade de la Brèche
    À partir de la Poterne, la promenade de la Brèche est gérée en tant que zone sensible afin de préserver la biodiversité. Une grande variété d’arbres est plantée le long du Beuve : saules pleureurs, peupliers, frênes. Des jardins communaux ont été aménagés où sont cultivés fleurs, fruits et légumes. La pousse des mauvaises herbes et le dessèchement du sol sont retardés par l’utilisation progressive du paillage, le dépôt de copeaux de bois et la récupération de la tonte de pelouse.

    Photos

    • Bazas---la-Breche-a-velo.jpg
  • 12
    Moulin de la Glory
    Ce moulin du XVIIe siècle situé sur le Beuve, dans un endroit enchanteur, en contrebas des remparts sud a fonctionné jusque dans les années 1950. Les charrettes chargées de blé y accédaient par un passage à gué empierré encore visible, appelé le « Pont de César ».

    Photos

    • Bazas---Moulin-de-la-Glory.JPG
  • 13
    Couvent des Capucins
    Ce couvent a été construit à partir de 1613, à l’extrémité de l’éperon rocheux de la vieille ville sur l’emplacement de l’ancien cimetière Saint-Vital, en dehors des remparts. En 1940, la ligne de démarcation passait en contrebas.

    Photos

    • Bazas---Couvent-des-Capucins.JPG
  • 14
    Fontaine des Capucins
    Son architecture est caractéristique du XVIIIème siècle. Un escalier permet d’accéder à la sortie d’eau. Deux autres fontaines semblables existaient : la Fondes pan (fontaine de Pan, dédiée au dieu des bergers, des troupeaux, des prairies et des champs) qui fonctionnera jusqu’en 1928 et celle des allées Fontarabie.

    Photos

    • Bazas---Fontaine-des-Capucins--5-.JPG
  • 15
    Hôtel de Quincarnon
    Construit dès 1591 sur le rempart nord, cet élégant hôtel particulier est caractéristique de l’architecture de la Renaissance avec sa triple galerie à arcades superposées. Sa tour distributive crénelée (1860) rappelle la vogue du goût médiéval à partir du milieu du XIXème siècle. Plusieurs hôtels particuliers voisins en sont aussi décorés. Ce bâtiment privé n'est qu'en partie visible depuis la rue.
  • 16
    Gisquet et ancien couvent des Ursulines
    En 1632, les Ursulines s’installèrent sur l’actuelle place des religieuses. Leur mission consistait en l’éducation gratuite des jeunes filles, Jeanne de Lansac de Roquetaillade fut leur première Supérieure. Vers 1850, elles s’établirent et rénovèrent ce bâtiment du Gisquet auparavant occupé par les Barnabites. La façade de la Chapelle est de facture néo-romane.

    Photos

    • Bazas---Couvent-des-Ursulines.JPG
  • 17
    Porte du Gisquet
    Ancienne poterne des remparts nord, la porte du Gisquet a été restaurée en 1864 par Jules Mondet dans le style « troubadour » cher à Viollet-le-Duc. Elle est constituée de deux demi-tours coiffées d’une couronne de mâchicoulis, ajourées de fenêtres pseudo-gothiques et réunies par un mur reposant sur un cintre surbaissé en arrière duquel se trouvent une herse puis une voûte. La rampe d’accès est moderne.

    Photos

    • Bazas---Porte-du-Gisquet--1-.jpg
  • 18
    Hôtel de Pontac
    Reconstruit au XVIIIème siècle, sa façade est rythmée par cinq travées soulignées de bandeaux horizontaux filant en dessous des appuis de baies. L’étage noble se distingue par ses hautes portes fenêtres. Il appartient depuis plus d’un siècle à la famille de Pontac dont le personnage le plus illustre est Arnaud de Pontac, évêque de Bazas de 1572 à 1605. Il consacra une partie de sa fortune à la reconstruction de la Cathédrale (1583-1635) partiellement détruite par les Huguenots au XVIème siècle.

    Photos

    • Bazas---Hotel-de-Pontac.JPG
  • 19
    Hôtel de Laboyrie
    Cette maison de commerce est rénovée en 1570 par Berthomieu Laboyrie, marchand bazadais. Sa charpente en chêne évoque une carène de navire renversée. Sa tour hexagonale extérieure abrite un escalier et deux galeries superposées. Le petit jardin de la façade arrière et les lucarnes de la façade principale au sud (Place de la Cathédrale) lui donnent un petit air Renaissance. Louis XIV y a séjourné en 1660, en route pour son mariage à Saint-Jean-de-Luz.

    Photos

    • Bazas---Hotel-de-Laboyrie.JPG
  • 20
    Eglise Notre-Dame-du-Mercadilh
    Cette église des marchands a été édifiée à partir des années 1230. Reconstruite après sa destruction partielle par les Huguenots en 1577, elle est vendue en 1793 comme bien national à des particuliers et ne sera jamais rendue au culte. Sa façade ouest est classée Monument Historique depuis 1923. Composée d’une nef unique haute de 14 mètres, l’église se termine à l’est par une abside semi hexagonale. Elle ne possède pas de clocher. Chaque ouverture (lancette) est encadrée par deux colonnettes toriques coiffées d’un chapiteau. Une cinquantaine de modillons (têtes humaines ou animales, mortes ou vivantes) supportent la corniche.

    Photos

    • Bazas---Eglise-du-Mercadilh.JPG
  • 21
    Rue Saint Martin
    Jusqu’à la Révolution, le quartier Saint-Martin formait la paroisse populaire de la ville. La rue constituait autrefois le départ de la route des petites Landes vers l’Espagne et Saint-Jacques-de-Compostelle. Maisons, portes, décorations sont autant de vestiges qui témoignent de la riche histoire de la ville. À l’entrée nord de la rue, une niche gothique abrite la statue de Saint-Martin du XVème siècle, toujours vénérée par les habitants le 11 novembre.

    Photos

    • Bazas---rue-Saint-Martin.JPG
  • 22
    Allées Fontarabie
    Leur nom rappelle le passage des Arabes au VIIIème siècle. Reprenant le tracé de l’ancien rempart, elles relient le cours Foch à la promenade de la Brèche. Une fontaine du XVIIIème siècle est située à droite du hangar en bois.

    Photos

    • Bazas---allees-Fontarabie.JPG

0 mètres de dénivelé

Total distance: 1 kilometers
  • Dénivelé de départ : 0m
  • Altitude d'arrivée : 0m
  • Altitude max. : 0m
  • Altitude min. : 0m